Zoom sur le fonctionnement du système immunitaire

0
124
fonctionnement du système immunitaire

Le métabolisme constitue un excellent environnement pour un grand nombre de virus et microbes. Ces derniers passent à travers la peau ou les muqueuses pour s’infiltrer et s’y établir. Heureusement, il y a les défenses naturelles qui œuvrent pour la protection de l’organisme contre ces diverses attaques. En effet, le système immunitaire se définit comme étant un réseau de cellules, organes et tissus visant à défendre le corps humain contre toute invasion. Cela s’explique par le fait qu’il possède la capacité de différencier les cellules corporelles et ce qui lui est étranger.

Qu’est-ce qu’on entend par système immunitaire ?

Le fonctionnement du système immunitaire repose sur l’action simultanée d’un réseau complexe composé d’organes, de molécules et de cellules. Ces derniers jouent le rôle de barrière physique qui empêche l’accessibilité des intrus nuisibles dans le corps. Ils se présentent sous plusieurs formes, notamment :

  • les couches huileuses au niveau l’épiderme ;
  • le revêtement muqueux du nez, les poumons et du tube digestif ;
  • l’acide de l’estomac.

La moelle osseuse constitue la principale source des cellules qui constituent le système immunitaire. Celle-ci est la matière molle qui se trouve au centre des gros os. La moelle osseuse joue un rôle primordial, étant donné qu’elle assure la production de cellules souches. Ces dernières quant à elles visent à approvisionner les cellules sanguines qui sont :

  • Les globules rouges qui assurent le transport de l’oxygène ;
  • Les plaquettes pour la réparation des fuites au niveau des vaisseaux sanguins ;
  • Des globules blancs qui combattent les infections.

Les cellules importantes pour le fonctionnement du système immunitaire

Les différentes cellules qui protègent le corps humain contre d’éventuelles invasions constituent une véritable armée pour le bon déroulement du fonctionnement du système immunitaire. Il en existe plusieurs types et chacun a son rôle à jouer.

  1. Les neutrophiles et les granulocytes

Ces cellules agissent en premières sur une infection. Cependant, les neutrophiles et les granulocytes ne possèdent pas de champs d’action déterminée et n’ont pas de contrôle sur la réponse immunitaire.

  1. Les monocytes et les macrophages

Elles ont une capacité d’action sur le contrôle de la réponse immunitaire. Une partie des macrophages se transforment en cellules dendritiques pour recueillir des informations sur l’infection afin de le transmettre la menace aux autres cellules immunitaires.

  1. Les lymphocytes B

Les anticorps sont produits par les lymphocytes B. Ce sont des petites protéines flottant dans le corps faisant office de reconnaissance par rapport aux différents types d’infection et de cellule anormale. Pour ce faire, l’anticorps se fixe sur une cible donnée afin de signaler la présence de celle-ci aux autres cellules immunitaires. Le champ d’action d’un vaccin consiste à apprendre aux lymphocytes B la production d’anticorps contre un virus ou une bactérie en particulier. Par ailleurs, la spécificité des anticorps créer un dysfonctionnement au moindre changement au niveau du corps étranger.

  1. Les lymphocytes T

Contrairement à l’autre type de lymphocyte, les lymphocytes T ne produisent pas d’anticorps, mais une forme de protéine plus ou moins similaire. Celle-ci se place sur le lymphocyte T afin d’effectuer un examen sur toute cellule qui entre en contact avec le lymphocyte T.  Ces derniers ont pour rôle de communiquer au système immunitaire le moment propice pour attaquer. En outre, les personnes qui souffrent de VIH/SIDA se trouvent être dépourvu de lymphocyte T CD4, ce qui détériore la totalité du système immunitaire. D’autre part, il y a aussi les lymphocytes T CD8 qui, dès l’identification de la menace, s’emploient à le détruire. Ce sont ceux qui luttent activement contre le cancer.

fonctionnement du système immunitaire

Fonctionnement du système immunitaire : identification d’une menace

Le fonctionnement du système immunitaire connait une évolution progressive. En effet, il s’adapte en fonction des intrusions effectuées par les nombreuses cellules anormales et les infections. Cette évolution consiste surtout à déterminer la présence d’une menace. Par ailleurs, les bactéries sont détectées par les cellules les plus élémentaires. Quant aux virus et cellules cancéreuses, ce sont en général les lymphocytes B et T qui s’occupent de leur identification. Ils procèdent en copiant les protéines présentes sur la cellule en question dans sa base de données. Par la suite, ils arrivent à déterminer si celle-ci constitue une menace pour l’organisme ou pas. Au cas où la cellule se trouve être anormale, les lymphocytes déclenchent une alarme afin d’alerter le reste du système immunitaire.

L’importance de la vaccination

Le recours au vaccin est considérablement important. Particulièrement pour les bébés, dont le fonctionnement du système immunitaire est encore à un niveau assez faible. En effet, au fur et à mesure que vous grandissez votre système immunitaire apprend à reconnaitre un grand nombre d’entités hostiles. Le fait d’avoir été vacciné pendant l’enfance procure un niveau d’apprentissage pour mieux se défendre contre toute attaque. Cela se traduit par le fait que l’apprentissage permet d’effectuer un enregistrement tout au long de votre vie.

Cela explique le fait que la plupart des vaccins soient des formes mortes ou affaiblies d’un virus. De ce fait, il enseigne au système immunitaire à le reconnaitre à l’avenir. Ceci étant fait afin de mieux se préparer à la lutte avant que vous ne tombiez malade. De plus, c’est de cette manière que les lymphocytes identifient les cellules cancéreuses. Le système immunitaire acquiert donc la sensibilité nécessaire pour la détection de ces minuscules changements. Ainsi, il a la possibilité de déterminer une cellule anormale ou infectée.

Sources:
https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-systeme-immunitaire-2722/
https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/ArticleInteret.aspx?doc=comprendre_systeme_immunitaire_mantha_2004_pm

Laisser un commentaire