Qu’est-ce que l’arythmie ?

0
37
arythmie

Un rythme cardiaque normal est de 60 à 100 pulsations cardiaques par minute. Et ce, de manière régulière. Il est également normal que le nombre de pulsations s’accélère durant un effort physique ou en cas de dérèglement de la glande thyroïde. On parle d’arythmie cardiaque lorsque le cœur se met à battre irrégulièrement. C’est-à-dire, lorsqu’il bat à moins de 60 ou plus de 100 pulsations cardiaques à la minute, sans aucune justification. L’arythmie est un trouble cardiaque très fréquent. Pour un cœur arythmique, les impulsions électriques responsables des battements se produisent désordonnément, ou ne passent pas par les circuits électriques habituels.

Comment bat le cœur ?

Le signal d’un battement du cœur part normalement d’un point appelé « nœud sino-auriculaire », qui se trouve tout en haut de l’oreillette droite. Ce signal contracte les oreillettes qui ont pour rôle de pomper le sang dans les ventricules. Ensuite, le signal électrique va au nœud auriculo-ventriculaire, puis au faisceau de His. Il s’agit d’une sorte de fibres cardiaques qui se situent entre les ventricules. Ces derniers se contractent et pompent le sang dans les artères. C’est l’ensemble de ces phénomènes qui produisent le pouls.

Quels sont les différents types d’arythmie ?

Les arythmies se classent en fonction du lieu où elles prennent naissance, me ventricule ou l’oreillette et selon l’effet qu’elles produisent (accélération ou ralentissement des battements cardiaques). Les bradycardies correspondent à une diminution cardiaque et les tachycardies à une augmentation.

Tachycardies ou augmentation du rythme cardiaque

On parle de tachycardie quand le cœur bat à un rythme de plus de 100 pulsations à la minute. Certains cas de tachycardies surviennent aux oreillettes. Voici les formes les plus fréquentes :

Fibrillation auriculaire

C’est le type d’arythmie le plus courant. Elle se manifeste généralement après 60 ans chez les personnes souffrant de trouble cardiaque ou d’hypertension. Habituellement, elle est provoquée par l’usure du tissu conducteur du cœur. Les périodes de fibrillation auriculaire durent quelques minutes, quelques heures, voire même de façon permanente. Le sang ne circule plus correctement et un caillot sanguin peut se former dans l’oreillette. Cela peut au final, engendrer un accident vasculaire cérébral.

Flutter auriculaire

Ce type d’arythmie est similaire à une fibrillation auriculaire. Cependant, les battements sont moins rapides et plus structurés (environ 300 à la minute).

Tachycardie supraventriculaire

Ce type d’arythmie peut se présenter sous plusieurs formes. Elle provoque généralement 160 à 200 contractions à la minute. Elle survient souvent chez les jeunes et n’est généralement pas dangereuse. La forme la plus fréquente est la tachycardie supraventriculaire paroxystique, appelé aussi maladie de Bouvet (un court-circuit stimule les ventricules rapidement). D’autre part, il y a aussi le syndrome de Wolf-Parkinson-White. Cette autre forme survient quand des impulsions électriques passent de l’oreillette au ventricule sans transiter par le nœud auriculo-ventriculaire.

Tachycardie sinusale

Elle est caractérisée par une augmentation dur rythme cardiaque au-delà de 100 battements par minute. Il se peut que ce type d’arythmie soit le signe d’un trouble majeur au cœur.

Extrasystole auriculaire

Il s’agit d’une contraction prématurée du cœur. Parfois, elle se  glisse entre les pulsations normales sans altérer leur succession. Elles sont fréquentes avec l’âge et demeurent néanmoins inoffensives.

Certaines tachycardies surviennent dans les ventricules :

Tachycardie ventriculaire

C’est un battement irrégulier et très rapide des ventricules. Ils peuvent aller jusqu’à 250 contractions par minute. Elle se manifeste souvent au niveau d’une cicatrice laissée par une intervention chirurgicale. Si les périodes durent plusieurs minutes, une intervention d’urgence peut être nécessaire.

Fibrillation ventriculaire

Ces contractions rapides et désorganisées des ventricules cardiaques nécessitent une urgence médicale. En effet, le cœur n’est plus en mesure de pomper et le sang ne circule plus. Un défibrillateur doit rétablir le rythme cardiaque, sinon le patient meure en quelques minutes.

Syndrome du QT long

Ce type d’arythmie fait référence à la longueur de l’espace QT sur un électrocardiogramme. C’est-à-dire le temps entre la charge et la décharge électrique des ventricules. Ce syndrome peut notamment être provoqué par un trouble génétique ou par les effets secondaires d’un médicament. Ce type d’arythmie peut être mortel.

Extrasystole ventriculaire

Comme pour l’extrasystole auriculaire, celle-ci peut être anodine. Cependant, il est conseillé d’explorer plus loin si elle est fréquente.

arythmie

Bradycardies ou diminution du rythme cardiaque

On parle de bradycardie lorsque le sang circule à moins de 60 battements par minute. Ce type d’arythmie ne met pas nécessairement la vie en danger. Cependant, on parle de bradycardie symptomatique lorsque le cœur n’arrive pas à alimenter les organes en oxygène. Voici les formes les plus courantes :

  • Dysfonctionnement du nœud sino-auriculaire: cela cause un battement inférieur à 50 par minute. Elle est souvent provoquée par un tissu cicatriciel qui remplace ou trouble le nœud sino-auriculaire ;
  • Bloc auriculo-ventriculaire: C’est un défaut de transmission de l’influx électrique entre les ventricules et les oreillettes. Cette forme d’arythmie provoque un ralentissement des battements du cœur.

Les causes de l’arythmie

Les causes de l’arythmie peuvent être diverses :

  • Stress ;
  • Vieillissement normal ;
  • Déshydratation ;
  • Abus d’alcool, tabac, café, ainsi qu’autres excitants ;
  • Prise de certains médicaments ;
  • Artériosclérose et athérosclérose ;
  • Embolie pulmonaire ;
  • Insuffisance coronarienne provoquant un défaut d’oxygénation du tissu cardiaque ;
  • Broncho-pneumopathies.

Les complications possibles

Certains types d’arythmie favorisent les risques de complications comme :

  • Une perte de connaissance ;
  • Un accident vasculaire cérébral (AVC) ;
  • Une insuffisance cardiaque.

Quand consulter un médecin ?

Si vous ressentez du symptôme comme une douleur à la poitrine, un manque de souffle, ou encore des palpitations, consultez les services d’urgence.

Sources:
https://www.maxisciences.com/arythmie/arythmie-cardiaque-traitement-causes-symptomes-danger-de-quoi-s-agit-il_art37227.html
https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=arythmie_cardiaque_pm

Laisser un commentaire