Pourquoi la maladie de Lyme est-elle difficile à diagnostiquer ?

0
238
maladie de Lyme

Un grand nombre de gens affectionne les activités en plein air. Beaucoup apprécient les randonnées en montagne, une partie de pêche au bord d’un lac ou faire du camping en forêt. Dans cette situation? Les occasions d’être piqué par des insectes sont nombreuses. La plupart des gens n’accordent pas beaucoup d’importances à ces piqûres, cependant, certaines sont à l’origine de maladies graves telles la maladie de Lyme. Celle-ci est causée par une bactérie nommée Borrelia burgdorferi. La contraction de la maladie se fait par l’intermédiaire d’une piqûre de tique.

Caractéristiques et symptômes de la maladie de Lyme

Dès qu’une personne a contracté la maladie de Lyme, celle-ci se présente en trois étapes. Tout d’abord, la phase primaire qui se définit par une lésion cutanée. Cette dernière a une forme ovale et de couleur rouge, ayant un diamètre d’environ cinquante centimètres. Elle se place souvent sur le bras ou la jambe. L’apparition de cette lésion engendre d’autres symptômes, qui sont :

  • Maux de tête
  • Sensation de fatigue
  • Haute de la température corporelle
  • Douleurs au niveau des articulations

Souvent négligés, ces symptômes disparaissent au bout de quelques semaines. Ensuite, la phase secondaire survient, et est interfacée de plusieurs semaines ou mois après. Une persistance des symptômes précédant se fait remarquer. La vulnérabilité du patient l’expose à d’autres maladies. En effet, la personne atteinte de la maladie de Lyme souffre ainsi de défaillances cardiaques. De plus, les nerveuses aussi subissent une détérioration. Enfin, la phase tertiaire se présente tardivement. Les atteintes cutanées et douleurs articulaires des deux phases s’accentuent. La détérioration neurologique atteint, à cette étape de la maladie, la moelle épinière.

L’interrogation du patient pour diagnostiquer la maladie de Lyme

N’hésitez pas à consulter en cas de symptômes, de préférence dès le départ. Afin de déterminer l’existence de la maladie de Lyme, le médecin procède au questionnement du patient. Ce procédé est appelé l’anamnèse. Cela porte sur l’historique initial, c’est-à-dire le moment et l’endroit de la piqûre de tique. Cependant souvent trompeuse ou être pris pour une simple piqûre d’insecte. D’un autre côté, elle peut aussi être difficilement décelable à cause de l’endroit où elle se situe. Cela peut être sur le cuir chevelu ou derrière l’oreille. En second lieu, dans le cas où le médecin n’est pas sur après la première, l’observation clinique entre en vigueur. Elle se définit par la constatation des symptômes. Ces derniers apparaissent au cours de la phase primaire et secondaire.

maladie de Lyme

Déterminer la maladie de Lyme par la sérologie

En cas de doute, une série d’analyse est nécessaire pour diagnostiquer la maladie de Lyme. Il existe diverses sortes de test concluantes. Parmi cela, il y a le test immunofluorescence indirecte, communément appelée le test ÉLISA. Ce test consiste à prélever un échantillon de sang pour y dépister la présence d’anticorps spécifiques contre la bactérie en question. Si le résultat s’avère être négatif, une nouvelle tentative sera mise en place après une quinzaine de jours. Cependant, un test complémentaire est nécessaire pour éclaircir un doute ou pour renforcer le résultat. Le second test se nomme le test de Western blot. En qualité de complément, le test de Western blot vient confirmer le diagnostic de la maladie. Pourtant, un test de Western blot n’entre pas en vigueur en cas de résultat négatif du test ÉLISA. Ce principe est dénoncé par certains scientifiques. Selon eux, cela permettrait de diagnostiquer plus de cas.

La biopsie cutanée et la ponction lombaire, des tests supplémentaires

La sérologie peut s’avérer être difficile à interpréter. Le test ÉLISA est fiable dans 56% des cas. Certains scientifiques qualifient ce test d’obsolète. Mise en place depuis près d’une trentaine d’années, la faiblesse du test ÉLISA réside dans le fait que celui-ci ne dépiste que trois souches de Borrelia. Par conséquent, la Borrelia miyamotoi, une variante principalement trouvée en France n’est détectée par la sérologie. L’apparition de lésion cutanée suppose la contraction de la maladie de Lyme. Ainsi, le médecin oriente le patient chez un dermatologue. Ce dernier pratique alors une biopsie cutanée afin de détecter la bactérie. Pour ce faire, il pratique une culture ou une technique moléculaire. En dernier recours, en cas de résultat négatif d’une sérologie, un dernier peut justifier la présence des symptômes et confirmer la maladie de Lyme. Dans le souci du bien-être du patient, toutes les options possibles ne sont pas à écarter. La ponction lombaire est une analyse supplémentaire pouvant sauver la santé d’une personne.

La maladie de Lyme, nécessité de nouveaux tests de dépistage

Afin de pouvoir mieux diagnostiquer cette maladie, la création de nouveaux tests est plus qu’indispensable. C’est la meilleure solution pour différencier la maladie de Lyme et d’autres maladies infectieuses transmises par les tiques. Le dépistage de cette maladie reste un sujet de débat assez houleux. Les personnes atteintes s’estiment ne pas être suffisamment pris en charge. Au cœur des tensions se trouvent les erreurs de diagnostic souvent décelées en matière de maladie de Lyme. Dans ce sens, certains symptômes de la maladie de Parkinson ou de l’arthrite se confondent avec celles de cette maladie. De plus, le diagnostic se trouve être difficile chez les enfants étant donné leurs difficultés à expliquer les douleurs qu’ils ressentent. Et enfin, la situation temporelle joue un rôle important dans le dépistage de cette maladie. En fait, des analyses effectuées trop tôt ne peuvent confirmer l’existence de bactérie. Alors qu’un retard, par contre, donnerait de faux résultats en raison par exemple de traitement pris par le patient entre temps.

Sources:
https://www.santemagazine.fr/actualites/actualites-sante/maladie-de-lyme-de-nouvelles-recommandations-en-contradiction-avec-la-has-412048
https://www.femmeactuelle.fr/sante/news-sante/apres-la-maladie-de-lyme-un-nouveau-virus-transmis-par-les-tiques-identifie-2079228

Laisser un commentaire