Les troubles du comportement chez les jeunes

0
203
troubles du comportement

Le comportement peut se définir comme étant la manière d’agir ou la façon de se conduire dans la vie. D’ailleurs, ce terme ne concerne pas uniquement l’espèce humaine. En effet, il ‘applique aussi aux animaux et même aux autres objets physiques. Le terme « comportement » est donc très général. Le comportement peut être troublé, et ce trouble peut être d’ordre qualitatif ou quantitatif.

Trouble quantitatif

En ce qui concerne le côté quantitatif, le comportement peut-être un défaut ou un excès. Un comportement en excès va alors engendrer de l’instabilité, de l’agitation et de l’agressivité. Il peut également causer de l’hyperactivité et du bruit. D’ailleurs, le terme « trouble du comportement » est généralement utilisé dans ce sens négatif. C’est-à-dire qu’une personne agitée va forcément déranger, et qu’il va falloir le calmer. Par ailleurs, le comportement par défaut est aussi problématique. Il se peut qu’une personne ne bouge pas, ne parle pas, se fait oublier et ne dérange pas. L’importance de son problème va ainsi être sous-estimée.

Trouble qualitatif

On dit que le trouble du comportement est qualitatif lorsqu’il s’agit d’une inadaptation, d’une déviation, ou encore d’une bizarrerie. Le délire, les troubles obsessionnels compulsifs, les perversions et la fabulation, introduisent des comportements inadaptés, inappropriés.

Les principaux symptômes des troubles du comportement chez les jeunes

Les symptômes dépendent du type de trouble du comportement dont souffre le jeune. Cela  peut être un trouble des conduites ou un trouble oppositionnel avec provocation.

Le trouble oppositionnel avec provocation

Ce type de trouble agit sur la façon dont le jeune interagit avec les personnes autour de lui. Que ce soit dans le quartier, à l’école ou à la maison. Il manifeste alors les symptômes des catégories suivants :

  • Malveillance ;
  • Tendance à défier ou à argumenter ;
  • Irritabilité ou colère.

Le jeune doit présenter quatre symptômes dans ces trois catégories pour que le diagnostic soit un trouble oppositionnel avec provocation.

Colère ou irritabilité

Une personne victime d’un trouble oppositionnel avec provocation peut notamment :

  • Être souvent rancunier ou en colère ;
  • Perdre souvent son sang-froid ;
  • Se montre soupe au lait ou susceptible.

Tendance à argumenter ou à défier

Une personne ayant un trouble oppositionnel avec provocation peut entre autres :

  • Refuser l’autorité ou le règlement ;
  • Se disputer souvent avec les personnes représentant cette autorité : parents, professeurs, etc.) ;
  • Accuse souvent les autres pour ses erreurs et son inconduite ;
  • Fait exprès d’énerver son entourage.

Malveillance

Dans ce cas-ci, la personne victime d’un trouble du comportement se montre malveillante, au moins à deux reprises pendant six mois. Par exemple, s’il s’est senti blessé ou trahi, il se réjouira du malheur des autres (qu’il aurait engendré).

Le trouble des conduites

Il s’agit d’un ensemble de problèmes affectifs et comportementaux, différents des problèmes typiques de la jeunesse. Généralement, le patient qui souffre de ce trouble a peu d’estime pour les droits des autres. De plus, il ne comprendra pas les impacts de ses conduites sur autrui. Il n’éprouvera même aucun remords, surtout si les répercussions sont négatives. Une personne souffrant d’un trouble de conduites présente les quatre catégories de symptômes suivantes :

  • Mensonges ;
  • Vandalisme ;
  • Attaque d’êtres humains et animaux ;
  • Viol intentionnel des lois.

Viol intentionnel du règlement

La personne victime de ce trouble du comportement refuse de respecter les règles. Par ailleurs, elle peut aussi :

  • Faire une fugue ;
  • Faire l’école buissonnière
  • Rentrer tard sans prévenir ses parents.

Attaque d’êtres humains et d’animaux

Il n’est pas rare que le jeune :

  • Cherche la bagarre avec autrui ;
  • Intimide ou menace les autres ;
  • Torture des animaux ;
  • Blesse des gens avec une arme.

Vandalisme

Le jeune peut notamment détruire les bien de quelqu’un, voire même mettre le feu à un immeuble.

Mensonges ou vol

  • Il ment pour parvenir à ses fins ou pour éviter des tâches désagréables ;
  • Il vole à l’étalage ;
  • Il entre par effraction dans un immeuble, une maison ou une voiture.

troubles du comportement

Le diagnostic des troubles du comportement

Après avoir effectué une évaluation approfondie, c’est un spécialiste de la santé mentale qui doit se charger du diagnostic des troubles du comportement. Ce spécialiste devra ensuite discuter avec le jeune, ses parents et même ses professeurs. Par ailleurs, il devra considérer les antécédents familiaux et médicaux du jeune. Il examinera ensuite les facteurs qui peuvent avoir une influence sur son comportement, notamment :

Le psychologue ou le psychiatre est en mesure de prendre plusieurs rendez-vous, dans le but de collecter les données dont il a besoin. Une fois cela fait, il établira si le comportement du jeune correspond aux critères du trouble de comportement soupçonné. D’autre part, le spécialiste pourrait diagnostiquer un trouble du comportement si l’attitude du jeune persiste après l’élimination des autres facteurs.

Que peut faire le médecin d’un jeune souffrant de troubles du comportement ?

Le médecin peut aider à savoir si l’attitude du jeune est normal ou non pour son âge. Il vérifiera aussi si ses impulsions ont été provoquées par le stress ou si le jeune est victime d’un trouble du comportement. Le médecin devra aussi s’occuper du traitement qu’il faut suivre. Par ailleurs, il pourrait également recommander à la famille du malade de consulter un spécialiste de la santé mentale. Ce dernier pourra ainsi évaluer le diagnostic de manière plus approfondie.

Sources:
https://www.topsante.com/maman-et-enfant/ados/sante-des-ados/les-troubles-du-comportement-visibles-dans-le-cerveau-des-ados-611998
http://sante.lefigaro.fr/article/les-troubles-mentaux-touchent-les-enfants-de-plus-en-plus-tot/

Laisser un commentaire