Les maladies cardio-vasculaires sont-elles d’ordre génétique ?

0
252
risque maladie cardio-vasculaire

Autrefois associé à la mort naturelle, les maladies cardio-vasculaires frappent la plupart du temps les personnes âgées. Les maladies du cœur sont principalement causées par la sédentarité, l’obésité ou des maladies chroniques telles que le diabète, l’ostéoporose ou l’asthme. Cependant, un grand nombre d’individus sont assujettis à ces maladies du fait de prédisposition génétique. En effet, l’hérédité joue un rôle dans l’apparition des maladies cardio-vasculaires.

Le rôle de la génétique sur le risque maladie cardio-vasculaire

Un grand nombre de maladies du cœur se caractérisent souvent par l’accélération du rythme cardiaque. Ce dernier se manifeste par des palpitations et par un évanouissement. Généralement, il n’y a pas de signes avant-coureurs pouvant être considérés comme des symptômes.  Néanmoins, une activité anormale du cœur peut survenir à tout moment. Cette absence de symptôme se traduit par les origines génétiques de la pathologie. En effet, le risque maladie cardio-vasculaire se retrouve particulièrement chez des personnes possédant des prédispositions.

Les facteurs génétiques influencent en majeur partie le risque maladie cardio-vasculaire. La résistance des vaisseaux sanguins par rapport à la communication des cellules cardiaques dépend exclusivement des gènes. Par ailleurs, une seule mutation au niveau des gènes peut provoquer l’apparition de maladie du cœur. Cette variation génétique se trouve être héréditaire, c’est-à-dire qu’il se transmet de génération en génération. Cela s’explique par l’ADN compris dans l’ovule et le spermatozoïde. En effet, le code génétique des parents est copié par leur enfant au cours de son développement pendant la grossesse.

Les différentes pathologies de maladies cardio-vasculaires

Généralement, quand un individu est diagnostiqué ou meurt d’une maladie du cœur, les membres de sa famille sont dans l’obligation de consulter un médecin. Il est nécessaire d’effectuer un dépistage afin de déterminer l’éventuel risque maladie cardio-vasculaire. Dans la plupart des cas, le risque maladie cardio-vasculaire engendré par la prédisposition génétique cause l’arythmie cardiaque. Cependant, ces pathologies demeurent assez rares, parmi cela, on peut citer :

  • Le syndrome du QT long qui cause une irrégularité du rythme cardiaque ;
  • Le syndrome du QT court, c’est-à-dire que l’intervalle QT se raccourcit ;
  • La fibrillation auriculaire se définit par une arythmie qui cause des accidents vasculaires ;
  • La tachycardie ventriculaire polymorphe catécholaminergique
  • Le syndrome de brugada

Les principales maladies cardio-vasculaires héréditaires

Le syndrome du Brugada est une maladie se définit par l’existence d’électrocardiogramme d’une morphologie de bloc de branche droit et d’un sus-décalage convexe vers le haut du segment dans les dérivations précordiales droites. Une pathologie au niveau du cœur qui engendre souvent une mort subite pour le malade.  Étant donné que c’est une maladie héréditaire, la transmission est autosomique dominante. En général, le syndrome de brugada ne présente aucun symptôme spécifique. Par conséquent, son diagnostic se fait souvent accidentellement au cours d’un bilan de santé de routine.

Le syndrome de QT long familial se trouve être une maladie cardiaque héréditaire. Elle se caractérise par l’allongement de l’intervalle QT causant une arythmie cardiaque mortelle. Le diagnostic de cette maladie est relativement simple grâce à la présence de symptômes spécifiques. Cependant, pour certains cas assez complexes, un dépistage moléculaire est nécessaire. Cela permet de confirmer l’existence de la maladie. La transmission du syndrome de QT long familial est autosomique dominante, à cause de son caractère génétique.

La tachycardie ventriculaire polymorphe catécholaminergique, résulte du le risque maladie cardio-vasculaire causée par la génétique. Cette maladie débute dans les ventricules produisant ainsi une fréquence cardiaque anormalement élevée. En effet, les cavités inférieures du cœur produisent un battement de 120 par minutes qui sont normalement entre 60 à 100 battements par minutes. Par ailleurs, la personne présente divers symptômes tels que :

  • L’individu ressent des essoufflements, même étant dans un état de repos, c’est-à-dire en l’absence d’un épuisant effort physique;
  • une gêne thoracique qui se caractérise par une difficulté respiratoire;
  • et de fréquentes palpitations.

risque maladie cardio-vasculaire

La prévention de maladie cardio-vasculaire héréditaire

Habituellement, la mort d’une personne causée par une maladie cardio-vasculaire alerte le reste des membres de sa famille. De ce fait, ces derniers se sentent fortement menacé de risque maladie cardio-vasculaire héréditaire. Mais rassurez-vous, cela ne constitue pas une fatalité. Vous avez cependant la possibilité de vous préserver et garder un cœur en bonne santé. Par ailleurs, une mesure de prévention est souvent prise dans ce genre de cas. Par conséquent, cette prévention doit être orientée vers tous les facteurs à risques afin de mieux lutter contre l’apparition de ces maladies.

Une bonne hygiène de vie réduit fortement le risque maladie cardio-vasculaire. Pour ce faire, arrêter de fumer est primordial pour garder un cœur en excellent état. Ces mauvaises habitudes peuvent sembler anodines, mais aggravent la prédisposition génétique d’un individu à une maladie donné. Ainsi le tabagisme est une pratique qu’il est nécessaire d’abandonner. Il est assez difficile pour certaines personnes de sauter le pas par crainte de prendre du poids. Néanmoins, il existe mainte façon de préserver un poids raisonnable sans fumer.

Comment prévenir le risque de maladie cardio-vasculaire dû à l’obésité ?

En effet, l’obésité constitue un des facteurs à risque maladie cardio-vasculaire. Celle-ci entraine l’apparition de diverses maladies chroniques, mais rassurez-vous, il est tout à fait simple de garder un poids raisonnable :

  • le fait d’adopter une alimentation saine à base de fruits et légumes permet de réduire le taux de gras dans l’organisme.
  • la régulation de la consommation de sucre en bannissant les boissons gazeuses ou alcoolisées est tout à fait efficace.
  • la pratique d’activité physique régulière est une option non négligeable. Faire du jogging permet de réguler le rythme cardiaque et éviter une arythmie. Cela constitue une bonne manière de préserver le tonus musculaire pour ne pas succomber au surpoids.

Sources:
https://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/maladies-cardio-vasculaires-un-depistage-genetique-illusoire-15-09-2011-1373674_57.php
https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/coeur-maladie-cardiovasculaire-15398/

Laisser un commentaire