L’abus de nootropes chez les étudiants prend de l’ampleur : quelles sont les solutions pour y remédier ?

0
156
abus des nootropiques

Actuellement, la consommation de nootropes est devenue un usage assez courant. La plupart des consommateurs y en recourent afin d’optimiser les capacités intellectuelles. En général, les principaux adeptes sont les salariés qui travaillent sous d’énormes pressions ainsi que les étudiants. Ces derniers sont particulièrement connus pour la consommation excessive de nootropes. Toutefois, il faut noter que la prise abusive de ces médicaments risque d’engendrer l’apparition d’effets secondaires très graves.

Avantages de la consommation de nootropes

Le champ d’action des nootropes pour le corps est multiple. Généralement, le cerveau en est le principal bénéficiaire. Ainsi, cela constitue une aubaine pour les étudiants désirant de réussir leurs examens. Toutefois, l’abus de nootropes chez les étudiants se trouve être un phénomène assez connu. Cette situation s’explique par le fait qu’un grand nombre d’avantages résulte de la prise de ces substances.

1- Avantages sur la mémoire et la concentration

La consommation de nootropes permet d’empêcher la détérioration au niveau neurologique, évitant ainsi l’apparition de certaines maladies telles :

  • La maladie de Parkinson ;
  • Alzheimer.

D’autant plus que dans le cadre des études, cela aide fortement à l’assimilation de plusieurs informations en même temps. Il existe des médicaments adaptés pour chaque cas de figure, notamment pour le long ou le court terme.

En outre, un individu sous l’effet de nootropes, bénéficie de plus de concentration.

2- Avantages sur l’humeur

Il existe une variété de nootropes qui favorise l’amélioration de l’humeur. Ainsi, ils agissent visant à réduire le taux d’anxiété et augmentant ainsi une plus grande capacité par rapport au test portant une variété d’indicateurs cognitifs.

3- Des anti-fatigues

Les nootropes peuvent aussi servir de mesure de prévention contre la fatigue. Cela se traduit par le fait qu’il exerce un blocage sur les récepteurs dans le cerveau. De ce fait, cela augmente le temps de travail grâce à l’absence de sensation de fatigue chez l’étudiant.

4- Avantages pour la créativité

Les nootropes ouvrent aussi les portes vers un niveau de cogitation largement supérieur. Ainsi, le consommateur fait visiblement preuve d’une hausse par rapport aux capacités de raisonnement. De plus, celui-ci gagne un élargissement de son esprit créatif. Par ailleurs, cela procure une amélioration des possibilités de résolutions de problèmes.

Abus de nootropes chez les étudiants

Malgré le fait qu’il n’existe aucune preuve concrète en la matière, l’abus de nootropes chez les étudiants est un fait bel et bien réel. Par ailleurs, il y a un grand nombre d’effets secondaires engendrés par la consommation excessive de ces substances. L’adolescence constitue un moment critique, concernant le développement du cerveau. Par conséquent, l’abus de nootropes chez les étudiants provoque des préjudices palpables pour la santé du consommateur. Effectivement, le cerveau de la personne subit une dépendance. D’autant plus que celui-ci n’atteint sa totale maturité qu’à l’âge de 25 ans, ce qui la rend encore plus vulnérable. De ce fait, une nuisance au niveau des connexions neuronales est observée et risque d’induire d’autres changements d’ordre de fonctionnement majeur.

De plus, l’abus de nootropes chez les étudiants repose aussi sur la quantité de substances consommées. Effectivement, les conséquences des smart-drugs varient en fonction de la dose ingérer par le consommateur. Entre autres, la dose joue un rôle particulièrement important sur d’éventuels effets secondaires. Par ailleurs, une quantité assez élevée exerce une influence sur la stimulation des parties du cerveau qui implique la dépendance. De ce fait, il est fortement recommandé de se limiter à la posologie de départ convenu pour les médicaments.

abus des nootropiques

Les dangers de l’abus des nootropiques

Toutefois, l’abus de nootropes chez les étudiants se trouve être un fléau grandissant.  Ces jeunes adultes prennent visiblement gout à l’efficacité flagrante de ces substances, et perdent ainsi le contrôle au niveau des doses. Pourtant, à chaque prise superflue cela nuit de plus en plus au fonctionnement du cerveau. C’est-à-dire que l’organisme s’habitue à cette prise de dose élevée, ce qui affecte la capacité et les performances intellectuelles en l’absence de ces substances.

Lutte contre l’abus de nootropes chez les étudiants

La notion de durée joue aussi un rôle dans l’abus de nootropes chez les étudiants. Au fur et à mesure qu’une personne consomme une substance donnée, cela affecte progressivement ses fonctions cérébrales. Par conséquent, au fil du temps les consommateurs de smart-drugs se rendent compte de la dépendance qu’ils nourrissent envers ces médicaments. Afin d’y remédier, il est indispensable d’en éviter la prise à haute fréquence ; à quantité élevée sur le long terme.

Généralement, l’idée de départ de la consommation de ces médicaments est purement passagère. Entre autres, il peut s’agit de la finalisation d’un projet important ou alors un examen. Pourtant, la tentation finit par prendre une place considérable et conduit à l’abus de nootropes chez les étudiants. Ainsi, cela se transforme vite en une habitude ponctuelle. En outre, la personne se trouve dans l’incapacité d’accomplir une quelconque activité en l’absence de sa drogue préférée. Il reste préférable d’effectuer une consultation médicale avant toute consommation de ces médicaments. De ce fait, cela permet d’obtenir une posologie adéquate avec une étroite surveillance médicale. Ce type de mesure permet de prévoir.

En effet, il est strictement interdit de s’auto-médicamenter dans ce genre de situation. Cela constitue de grands risques d’effets secondaires particulièrement graves. Cela se traduit par le fait ces médicaments engendre une forte inhibition des fonctions du système nerveux. Par conséquent, le consommateur de nootropes est tenu d’en faire usage de manière occasionnelle et à fréquence strictement éloigner.

Sources:
https://fr.euronews.com/2013/12/11/drogues-nootropiques-le-phenomene-etudiant-a-double-tranchant
https://www.lapresse.ca/vivre/sante/201311/15/01-4711085-plus-de-10-des-etudiants-ont-deja-pris-des-nootropes.php

Sources:

Laisser un commentaire