La nutrition artificielle, c’est quoi ?

0
226
nutrition artificielle

La nutrition artificielle ou clinique permet de suppléer les besoins nutritifs et hydriques de l’organisme. C’est un procédé permettant l’administration lente et/ou continue d’une solution dans l’organisme. C’est une prescription envisagée pour les personnes qui présentent des troubles de comportement alimentaire. À l’exemple d’une alimentation insuffisante ou impossible. Autrement dit, lorsque la voie orale et le tube digestif sont en état d’infirmité. En effet, de tel cas peut se présenter chez les personnes souffrantes de cancer ou chez les personnes âgées. On utilise alors la nutrition artificielle pour prévenir la dénutrition de l’organisme. Le présent article est une ébauche sur la nutrition artificielle mais tout d’abord, informons-nous sur la dénutrition. Ensuite on vous informera sur les différents types de nutritions artificielles.

Qu’est-ce-qui provoque la dénutrition ?

Généralement, la dénutrition apparait chez les personnes atteintes de maladies graves (dépression, cancer, anorexie, etc.). Mais les personnes âgées y sont également affectées. Les conséquences de cette fragilisation nutritionnelle se remarquent à l’extérieur du corps :

  • Chez les enfants, la dénutrition fragilise sa courbe de croissance ;
  • Chez les personnes âgées, elle les rend vulnérable en augmentant le risque de chute, en fragilisant le système de défense du corps

Pour se prévenir de la dénutrition, il est conseillé de se diagnostiquer. Pour commencer, le plus simple est de consulter l’indicateur de la masse corporelle. Au moins une fois par an, pour les malades chroniques et les personnes âgées.  Si le résultat du diagnostic révèle une dénutrition, une prise en charge nutritionnelle adaptée à la personne sera indiquée. Rappelons qu’il existe trois types de nutrition : la nutrition orale, la nutrition entérale et la nutrition parentérale.

La nutrition orale

Tant qu’une possibilité de nutrition par voie orale est possible, il est préférable d’éviter les autres alternatives. Si le patient présente une baisse en apports nutritionnels, une Complémentation Nutritionnelle Orale  (CNO) lui sera indiquée. Cela peut se faire par voie médicamenteuse ou naturelle. Cette dernière se repose sur des guides d’une nutrition artificielle. Elle est surtout basée sur une alimentation enrichie en nutrition. Son avantage, c’est qu’elle est adaptée selon vos habitudes alimentaires.

Quelques recommandations

  • Si vous avez une petite appétence ou si vous avez subi une intervention chirurgicale au nouveau du système digestif, adapter vos repas à un régime équilibré
  • Optez des aliments faciles à digérer tel que la viande hachée, les légumes moulinés, les compotes, les purées.
  • Enrichissez vos plats avec des aliments protéinés mais toujours faciles à digérer. À l’exemple du lait en poudre, du fromage râpé, des pâtes, du lait concentré, de la semoule enrichie en protéines,…
  • Les CNO sont des mélanges nutritifs complets. Ils possèdent un caractère hyperenergétique et/ou hyperprotéiques. Entre autres, ceux-ci ont des gouts et des textures variées. Retenez toutefois que sa consommation demande une prescription médicale.

nutrition artificielle

Pour juger l’efficacité d’un traitement sur la dénutrition, une réévaluation sera effectuée. Celle-ci pourrait se faire en moyen ou à long terme, selon la situation. Pour une dénutrition modérée, la réévaluation se tiendra lieu deux semaines après l’application du traitement. Pour le cas d’une dénutrition sévère, elle se tiendra lieu aux alentours d’une semaine après le traitement.

La nutrition entérale

Si les circonstances empêchent la personne de suivre un traitement par nutrition orale, la nutrition entérale sera prescrite. Avec cette technique, l’administration d’aliments se fera à travers un tube digestif à l’aide d’une sonde. Il est à savoir que la nutrition artificielle  à administrer sera une solution nutritive contenue dans une ampoule ou dans un sachet. Elle contribuera au maintien des fonctions du tube digestif et des organes associés (vésicule biliaire, foie, pancréas).

Les types de sonde d’alimentation entérale

Il y a deux types de sonde d’alimentation entérale. L’utilisation de chacun dépend du traitement.

  • La sonde naso-gastrique s’agit d’un tuyau flexible très fin. Elle est introduite dans l’une des deux narines. La sonde va descendre jusqu’à l’estomac ou l’intestin pour administrer les nutritions artificielles. Le geste requiert de l’hygiène et d’asepsie rigoureux. Un spécialiste de santé en nutrition artificielle uniquement peut l’appliquer. Le positionnement de la sonde peut se contrôler par une radiographie du thorax ou par l’usage d’un stéthoscope au niveau pulmonaire. Toutefois, son risque principal demeure dans le mal-positionnement du tuyau.
  • La sonde de Stomie atteint directement l’estomac (gastronomie) ou l’intestin (jéjunostomie). Elle se fait par voie intraveineuse à travers la paroi abdominale. La sonde de Stomie est avantageuse car la personne ressentira plus de l’aise qu’avec les autres types de sonde. Elle se réalise uniquement avec un chirurgien ou un gastro-entérologue.

La nutrition parentérale

Quand les autres alternatives citées auparavant sont inefficaces, le médecin orientera le patient vers la nutrition parentérale. Il s’agit toujours de substituer artificiellement l’alimentation du patient par voie intraveineuse. Mais à la différence de la nutrition artificielle par voie  entérale, celle-ci sera introduit dans la circulation sanguine. Les solutions administrées au patient contiennent les micronutriments et les macronutriments. Cela pourrait être des vitamines, des oligo-éléments, des lipides. À titre de rappel, il s’agit des deux catégories des nutriments indispensables à l’organisme. Il existe des solutions prêtes à être administrées fournies par l’industrie pharmaceutique, néanmoins des mélanges particuliers aux nécessités du patient seront préparés. De tel cas s’applique auprès des enfants et des supplémentassions de longue durée.

Remarque

La nutrition parentérale est utilisée uniquement chez les patients qui présentent une infirmité intestinale chronique ou définitive. Cela pourrait se produire suite à une chirurgie ou une obstruction, un trouble de motricité ou une maladie de Crohn.

Sources:
https://www.doctissimo.fr/sante/stomie/nutrition-enterale-parenterale
https://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-nutrition-enterale-quand-le-naturel-devient-artificiel_5079.html

Laisser un commentaire