Dossier sur l’usage de nootropiques pour soigner les troubles de la concentration

0
201
usage de nootropiques

Les différentes tâches intellectuelles auxquelles est soumis le cerveau au quotidien dépassent souvent ses capacités. La plupart des étudiants, ou salariés d’entreprises se trouvent souvent confronter à ce genre de problèmes. D’autre part, le vieillissement ou les maladies neuro-dégénératives constituent aussi un des principaux facteurs du déclin cognitif. Par ailleurs, les cellules neuronales connaissent une détérioration. Heureusement, actuellement il existe des médicaments qui permettent de remédier à ces divers troubles.

Qu’est-ce qu’on entend par trouble de la concentration ?

Les troubles au niveau de la mémoire engendrent de graves conséquences sur la concentration. La meilleure façon de traiter cette pathologie est l’usage de nootropiques. En effet, la personne se trouve dans l’incapacité de retenir un grand nombre de faits. De plus, celle-ci présente des difficultés d’attention, qui se solde souvent par une hyperactivité :

  • On a l’impression d’être perdu ;
  • Une forte sensation de confusion ;
  • On ressent une intense fatigue ;
  • L’incapacité de compréhension ;
  • On n’arrive pas à se focaliser sur une activité spécifique.

Les effets nocifs des troubles de la concentration

Les problèmes liés au trouble de la concentration sont bien réels, et provoquent des effets nocifs au quotidien. Cela se manifeste dans le cadre professionnel ou au niveau des études. De plus, au fur et à mesure que la situation s’aggrave, cela s’élargit à une portée personnelle. L’individu rencontre des difficultés sur le plan social et subit une grande instabilité émotionnelle. Ce type de pathologie constitue une maladie, qu’il ne faut pas prendre à la légère. Bien évidemment, elle se soigne par l’usage de nootropiques. Cette maladie se nomme le brouillard cérébral. Ce dernier est assez commun, et est susceptible de toucher tout un chacun. Il connait des sources de manières différentes. Il peut s’agir d’une mauvaise hygiène de vie, causée par une alimentation déséquilibrée, l’effet secondaire de la prise d’un médicament donnée ou le manque de sommeil.

L’usage de nootropiques naturels pour traiter les troubles de la concentration

En premier lieu, l’usage de nootropiques naturels constitue la meilleure manière de soigner le déficit de la concentration.

  1. La caféine et la L-théanine

Pour les adeptes du café, ce mélange va surement vous ravir. La L-théanine se trouve être un acide aminé qui est contenu dans le thé vert. Elle se démarque par l’effet relaxant qu’elle apporte à son consommateur. Ajouter au café, elle vous préserve des effets nocifs de celui-ci, tout en conservant ses points forts. Par conséquent, vous bénéficiez pleinement de l’attention et de la concentration causée par le café. Par contre, vous êtes libéré de la sensation d’anxiété et des diverses maladies qu’il engendre.

  1. La créatine

La créatine est célèbre pour ses bienfaits pour les fibres musculaires, particulièrement appréciés par les athlètes et les sportifs. En outre, elle est aussi présente dans le cerveau. Celle-ci permet d’améliorer le transport de l’oxygène à ce niveau, diminuant ainsi la sensation de fatigue.  Afin d’en faire bon usage de nootropiques, vous avez le choix entre deux méthodes de prise :

  • Une phase de charge de vingt grammes de créatine monohydrate par jour, qui doit être répartie quatre fois au cours de la journée durant un délai de cinq jours afin d’avoir un effet rapide ;
  • Consommer cinq grammes au quotidien sous forme de comprimé ou de poudre.
  1. Bacopa monnieri

Le bacopa est une plante grasse, aux vertus médicinales exceptionnelles. Il est efficace pour faire usage de nootropiques. Cela se traduit par le fait que celui-ci agit sur l’amélioration de la mémoire à court terme. Par conséquent, le bacopa favorise stimulation de la concentration et de l’attention.  De plus, il diminue fortement les problèmes d’anxiété.  Toutefois, la prise de cette plante nécessite une durée assez longue avant de constater des effets bénéfiques. Pour ce faire, vous êtes tenu de consommer une dose de 200 à 300 grammes de bacopa par jour.

usage de nootropiques

L’usage de nootropiques, les psychostimulants pour soigner les déficits de la concentration

Le recours à l’usage de nootropiques sous forme de médicaments est une pratique courante pour combattre les troubles de la concentration. Il s’agit des psychostimulants, plus connus sous le nom de smart-drug ou de médicament intelligent. Cependant, il est nécessaire d’effectuer une consultation médicale au préalable. Ils fortement recommandé, de les prendre avec l’étroite surveillance d’un médecin. Ces médicaments agissent directement sur les neurones, favorisant ainsi la hausse de la quantité de monoamines dans les connexions synaptiques. Particulièrement la noradrénaline et la dopamine. Cela permet de retrouver une clairvoyance et aide à équilibrer les facultés cognitives. Plusieurs variétés sont présentes sur le marché, mais certaines sont plus courantes que d’autres et attirent un grand nombre d’adeptes.

  1. Le méthylphénidate

Le méthylphénidate est souvent utilisé chez les enfants qui souffrent d’hyperactivité. Cela permet de retrouver un équilibre au niveau de la concentration. En effet, ce médicament aide le consommateur à pouvoir se focaliser sur une tâche donnée. Néanmoins, celui-ci doit être méticuleusement pris avec modération. Cette situation résulte du fait que son action sur le cerveau se rapproche de l’effet de la cocaïne.

  1. Le modafinil

Parmi l’usage de nootropiques, le modafinil fait partie des plus prisés aux États-Unis et en Europe.  Cela se traduit par le fait que ce médicament présente rarement des effets secondaires. En effet, celui-ci n’apporte aucune sensation d’euphorie ni de gueule de bois au réveil. Par ailleurs, il est sans doute la meilleure option pour soigner les troubles de la concentration. Toutefois, il est nécessaire de prendre en compte quelques contre-indications telles que l’allergie grave ainsi que les troubles neuropsychiatriques.

Sources:
http://ici.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2013-2014/chronique.asp?idChronique=357665
https://nouvelles.umontreal.ca/article/2014/11/17/smart-drugs-chez-les-etudiants-symptome-de-la-societe-de-performance/

Laisser un commentaire