Dossier sur la leucodystrophie: Tout savoir sur cette maladie neurodégénérative génétique

0
201
leucodystrophie

La leucodystrophie est une maladie génétique rare très grave. Le mot leucodystrophie désigne un groupe de maladies génétiques orphelines. La transmission de la maladie se fait uniquement par le biais d’une gêne mutée. La leucodystrophie est une affection de la substance blanche du cerveau. Dans la plupart des cas, cette pathologie touche particulièrement les jeunes enfants. L’évolution de la maladie entraîne le décès du patient quelques années après l’apparition des premiers symptômes. Zoom sur cette maladie neurodégénérative grave.

Qu’est-ce que la leucodystrophie ?

La leucodystrophie est une maladie neurodégénérative et génétique. Elle se traduit par une accumulation de cellules dans le système nerveux. La substance blanche ou plus particulièrement la myéline qui la compose est atteinte. La myéline est présente autour des extrémités des neurones. La leucodystrophie est la conséquence d’une accumulation anormale d’une substance associant lipides et glucides ou glycolipide dans le système nerveux. Les principaux glycolipides sources de la leucodystrophie sont les sulfatides. Mis à part l’atteinte du système nerveux, ces sulfatides s’accumulent aussi dans les reins. Pour confirmer un cas de leucodystrophie, il faut rechercher des signes de surcharge de sulfatides dans les urines.

Comme il s’agit d’une affection rare, en France, la prévalence de la maladie est de 1 cas sur 625 000 personnes. Actuellement, il existe une trentaine de formes de leucodystrophie, mais chaque forme est caractérisée par une altération de la myéline. Dans ce cas, il s’agit de démyélinisation. Cette atteinte a pour conséquence, une mauvaise conduction des influx nerveux. Cela va entraîner des difficultés motrices, sensorielles ainsi qu’une atteinte de certaines fonctions vitale comme la respiration.

Les différentes formes de leucodystrophie

Il existe 3 formes de leucodystrophie :

La forme infantile tardive

Cette forme de leucodystrophie est la plus fréquente avec un taux de 60% des cas. Elle débute à l’âge de la marche. Les signes de cette leucodystrophie infantile tardive sont :

  • Hypotonie
  • Trouble de la marche
  • Atrophie optique
  • Régression motrice
  • Arrêt de la capacité intellectuelle

En quelques années, la maladie évolue vers une décérébration et le décès survient dans les cinq ans après l’apparition des premiers symptômes.

La forme juvénile

La forme de leucodystrophie juvénile est assez fréquente. Elle apparaît dans 20 à 30% des cas. La forme juvénile débute vers 4 à 5ans. La progression de la maladie est moins rapide que dans la forme infantile, cependant elle reste toujours fatale. La plupart des patients atteints de leucodystrophie juvénile décèdent avant l’âge de 20 ans. Les signes de cette forme juvénile sont :

  • Arrêt des performances intellectuelles
  • Régression des acquisitions motrices
  • Des crises d’épilepsie
  • Une ataxie

La forme adulte

La leucodystrophie de forme adulte est un cas rare. Sa prévalence est de 10 à 20% des cas présents. Cette forme de leucodystrophie peut débuter dès l’âge de 15 ans, mais souvent, le diagnostic n’est réalisé qu’à l’âge adulte. La leucodystrophie de forme adulte se manifeste par :

  • Des troubles moteurs
  • Des manifestations psychiatriques
  • Et, des crises d’épilepsie

De manière générale, l’évolution de cette forme est nettement plus lente. La sulfatidurie est toujours présente, mais reste moins marquée que les formes précoces.

leucodystrophie

Les causes de la leucodystrophie

La leucodystrophie est une maladie neurodégénérative génétique et héréditaire. Sa transmission se fait de façon autosomique récessive. Cela signifie qu’il faut la présence de deux exemplaires de la gêne en question pour développer la maladie. La gêne mutée va entraîner une anomalie dans la formation d’enzymes responsables  de la dégradation des sulfatides du cerveau. L’incapacité à éliminer les sulfatides du cerveau sera plus ou moins importante en fonction de la forme de la leucodystrophie. En effet, il est important de savoir que dans la forme infantile, l’activité enzymatique n’existe presque pas.

En revanche, dans la forme juvénile, cette déficience d’activité enzymatique est moins importante. Par ailleurs, dans la forme de leucodystrophie adulte, l’activité enzymatique demeure toujours résiduelle. Mais, quelle que soit la forme de la maladie, la perturbation du fonctionnement de la myéline est toujours mise en cause. Cela va troubler la transmission de messages nerveux. Comme elle est une maladie génétique héréditaire récessive, la présence de la gêne mutée chez les parents constitue le seul facteur de risque.

Quels sont les traitements pour soigner la leucodystrophie ?

Jusqu’à maintenant, aucun traitement curatif de cette maladie neurodégénérative n’a encore été développé. De ce fait, même s’il est possible de ralentir le processus, le décès du patient est pour l’instant inévitable. Une étude actuellement en cours consiste à substituer l’enzyme déficiente. Un essai thérapeutique également en cours consiste à injecter une enzyme pour la destruction des sulfatides. De cette manière, la myéline pourrait alors fonctionner à nouveau normalement. Mais pour le moment, les médecins évaluent encore la tolérance au produit même si les premières conclusions sont déjà encourageantes.

Par ailleurs, dans le cadre de leucodystrophie de forme infantile ou juvénile, la greffe de la moelle osseuse constitue une solution pour stabiliser les fonctions neurocognitives. Toutefois, cette méthode n’est pas garantie totalement. Dans certaines pathologies, une prise en charge thérapeutique spécifique a conduit à des résultats satisfaisants. Ainsi, il est possible de traiter la maladie de Refsum par le biais d’un régime particulier visant à limiter l’apport en acide phytanique. D’autre part, les personnes souffrant d’ALD/ALM doivent suivre un régime pauvre en graisse pour faire diminuer le taux d’acides gras dans le sang.

Sources:
https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=leucodystrophie_pm
http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/maladies-orphelines/15926-leucodystrophie.htm

Laisser un commentaire