Connaissez-vous l’atrophie cortico-sous-corticale ?

0
2534
atrophie cortico-sous-corticale

L’atrophie cortico-sous-corticale correspond à la perte notable des cellules du cortex cérébral. C’est une maladie rare et évolutive. A ne pas confondre avec l’hydrocéphalie, pour laquelle la taille du cerveau correspond davantage à une compression mais pas une destruction de neurones. On l’observe dans de nombreuses pathologies neurodégénératives, telles que la maladie d’Alzheimer ou la démence frontale, la maladie de Pick… Sur une imagerie cérébrale de type scanner ou IRM, on peut connaître la présence de l’atrophie cortico-sous-corticale, d’une manière générale, par :

  • Une augmentation de la taille des sillons du cortex et
  • Un élargissement des ventricules sous-corticaux.

L’atrophie cortico-sous-corticale se déclenche souvent à partir de 50 et 65 ans. Point sur cette maladie.

A savoir !!!

Le sous-cortical est un terme qui désigne, dans la branche de l’anatomie, les zones du cerveau situées au-dessous de la couche de cortex cérébral. Pour voir clair, il s’agit des noyaux de substance grise du télencéphale qui composent les ganglions de la base, l’hippocampe et le complexe amygdalien. On le dénomme confusément comme le cervelet, le tronc cérébral ou le thalamus. Or ces structures ne font pas partie du sous-cortical.

Présentation clinique de l’atrophie cortico-sous-corticale

Tout d’abord, retenez qu’il s’agit d’une maladie rare. La prévalence de cette maladie est encore inconnue, à cause des informations incomplètes et imprécises à propos de sa pathologie. Il est donc, pour le moment, impossible de connaître le nombre de personne atteintes par l’atrophie cortico-sous-corticale. A l’extérieur, elle est observée par un dysfonctionnement moteur asymétrique au niveau des membres supérieurs. Cela peut se traduire par une perte sensorielle corticale et une difficulté à coordonner et à adapter des mouvements volontaires. Autrement dit, la personne n’arrive pas à gérer ses mouvements d’une façon coordonnée. Néanmoins, jusque-là, il n’y a pas encore lieu d’une détérioration intellectuelle.

Diagnostic de l’atrophie cortico-sous-corticale

Au stade initial, le diagnostic est difficile. En effet, cette dégénérescence du cerveau se confond facilement avec la PSP ou d’une atrophie multi systémique. C’est lors de l’apparition des signes corticaux (Une augmentation de la taille des sillons du cortex et un élargissement des ventricules sous-corticaux) qu’elle est facile à diagnostiquer à partir de l’IRM. Les diagnostics différentiels principaux de l’atrophie cortico-sous-corticale sont :

  • La maladie d’Alzheimer ;
  • La paralysie supra nucléaire progressive ;
  • L’atrophie multi-systématisée ;
  • La maladie de Parkinson ;
  • La dégénérescence fronto-temporale.

Les types d’atrophie cortico-sous-corticale

Atrophie cortico-sous corticale diffuse

Elle se définit par la perte des cellules qui structurent le dessous du cortex cérébral. Il est spécifique au symptôme de la maladie d’Alzheimer. Et peut être visualisée en usant d’un scanner cérébral et permet de confirmer le diagnostic pour le cas de démence. Toutefois, jusqu’à présent la cause de celle-ci demeure inconnue. Par contre, tôt elle sera diagnostiquée, la prise en charge sera facile. Entre autres, l’atrophie hippocampique est un autre symptôme de la maladie d’Alzheimer qui peut être détectée au cours d’une IRM.

Atrophie cortico-sous-corticale fronto-pariétale

L’atrophie cortico-sous-corticale fronto-pariétale est une atrophie des cellules qui structurent la zone frontale et pariétale du cerveau. Les personnes atteintes de l’atrophie cortico-sous-corticale fronto-pariétale présentent des troubles de la mémoire et linguistique. Dans les formes aggravées, elle se manifeste par des troubles psychomoteurs.

Atrophie cortico-sous-corticale modérée

Elle est dite modérée lorsque celle-ci est physiologique, c’est-à-dire liée à l’âge. Cette atrophie engendre des troubles de la mémoire, mais n’est pas fatale pour la personne.

Atrophie cortico-sous-corticale harmonieuse

Elle est définie harmonieuse lorsque la composition des sillons cérébraux est élargie. Elle se manifeste spécifiquement chez les personnes âgées.

Atrophie cortico-sous-corticale CIM 10

Le CIM 10 est un système de classification des maladies. Elleest classifiée par plusieurs types de codage. Cette classification se caractérise par l’origine et la diversité des manifestations de l’atrophie cortico-sous-corticale.

atrophie cortico-sous-corticale

Les causes de l’atrophie cortico-sous-corticale

D’un point de vue général, elle est étroitement liée à l’âge. Mais la vraie cause reste pour le moment inconnue. Toutefois, elle se déclenche par une accumulation de plaques amyloïdes et d’enchevêtrements neurofibrillaires dans le cortex cérébraux. Et l’alcool et la drogue semble un des accélérateurs de la maladie. L’atrophie cortico-sous-corticale s’observe, en dehors de la maladie d’Alzheimer, dans :

  • D’autres types de démences ;
  • Des séquelles suite à un traumatisme cérébral ;
  • Une tumeur cérébrale ;
  • Un accident vasculaire.

Examens complémentaires sur l’atrophie cortico-sous-corticale

Elle est diagnostiquée à partir d’une tomodensitométrie cérébrale ou mieux encore avec l’imagerie par résonance magnétique (IRM). Car ce dernier a une meilleure résolution en contraste que la première. On observera une réduction de la masse du cerveau et un élargissement des sillons ventriculaires si la personne est atteinte d’atrophie cortico-sous-corticale.  Ces réductions peuvent être générale ou localisée à certaines zones du cerveau.

Traitements de l’atrophie cortico-sous-corticale

La médecine moderne n’a pas encore parvenu à trouver un remède pour renverser cette dégénérescence des cellules du cerveau. La prise en charge des sujets atteints de l’atrophie cortico-sous-corticale se focalise sur la compensation des déficits comportementaux et mentaux. Les médecins font parfois recours à l’anti-dépresseur pour soulager les patients. Et un soutient moral par son entourage est également un des éléments importants du traitement.

L’atrophie cortico-sous-corticale chez le bébé

Elle peut, toutefois, se produire chez le bébé. Les principales causes sont dû à la malformation, l’accident hémorragique cérébral et l’hypoxie cérébrale. L’enfant présentera alors des crises d’épilepsie et des troubles du développement physiologique et psychomoteur. De ce fait, l’enfant présentera un retard de l’apprentissage de la marche et de la linguistique.

Sources:
https://sante.journaldesfemmes.fr/maladies/2525974-atrophie-cortico-sous-corticale-definition-et-causes/
https://famille.aufeminin.com/forum/qui-connait-atrophie-corticale-bebe-fd1788286

Laisser un commentaire