Actualités : Une nouvelle technique découverte pour diagnostiquer la maladie de Lyme

0
192
diagnostiquer la maladie de Lyme

La pratique d’activités en plein air connait un franc succès pendant les beaux jours. Un grand nombre d’adeptes s’adonnent aux randonnées de montagne, au cyclisme, une partie de pêche ou alors au camping dans la nature. Cependant, le risque de piqûre d’insecte est toujours présent. Cela peut sembler anodin, mais ces petites piqûres peuvent être plus graves qu’elles ne paraissent. En effet, comme la piqûre de tique est le principal facteur de la transmission d’une bactérie appelée Borrelia burgdorferi, cette dernière se trouve être la responsable de la contraction de la maladie de Lyme.

Diagnostiquer la maladie de Lyme, l’imminence de l’errance

Toute occasion d’exposition à la nature peut vite se transformer en un véritable cauchemar. Effectivement, chaque moment passer en plein air augmente le risque de piqûre de tique et donc de la maladie de Lyme. Cela se traduit par le fait que de récentes études ont démontré qu’une personne sur quatre se fait piquer. Par conséquent, cela délimite le nombre de personnes atteintes chaque année à plus de 600 000. Pourtant, jusqu’à présent la méthode utilisée pour diagnostiquer la maladie de Lyme comporte une faiblesse discutable. Le taux de fiabilité de celui-ci se révèle particulièrement bas, notamment à 56 %. Une situation qui apporte un résultat négatif dans la moitié des cas, des statistiques surement erronées. À partir de là, le patient subit une errance de diagnostic conduisant à une dérive thérapeutique grave.

Méthodes pour diagnostiquer la maladie de Lyme

À la suite d’une piqûre de tique, une consultation médicale s’impose. Afin de diagnostiquer la maladie de Lyme, il est nécessaire de soumettre le patient à un test de dépistage. Actuellement, la médecine ne dispose pas d’un grand nombre de manières pour y arriver.

  1. La sérologie

Le médecin traitant procède à des tests afin de diagnostiquer la maladie de Lyme. Généralement, celui-ci a dans la plupart des cas recours au test immunofluorescence indirecte, plus connue sous le nom de test ELISA. Pour ce faire, le patient est soumis à un prélèvement sanguin visant à détecter la présence d’anticorps spécifiques contre la bactérie. En cas de résultat négatif, un tout autre test complémentaire est effectué au bout d’une quinzaine de jours. Il s’agit d’un moyen d’éclaircissement par rapport au doute qui s’installe. Celui-ci est appelé test de Western blot. Toutefois, à cause de son caractère complémentaire, le test Western blot n’entre en vigueur que pour consolider le résultat du test ELISA.

  1. La biopsie cutanée et la ponction lombaire

La Borrelia miyamotoi, une variante principalement trouver en France ne peut être détectée par la sérologie. Par ailleurs, l’analyse de l’apparition de lésion cutanée peut aussi faire office de méthode pour diagnostiquer la maladie de Lyme. De ce fait, une consultation chez un dermatologue s’avère souvent efficace. Cela se fait par la pratique d’une biopsie cutanée. Ce principe consiste à effectuer :

  • une culture de bactérie ;
  • ou une technique moléculaire.

Afin de n’écarter aucune possibilité, la ponction lombaire est aussi une analyse supplémentaire pouvant sauver la vie d’un patient.

diagnostiquer la maladie de Lyme

Une autre approche pour diagnostiquer la maladie de Lyme

Si les symptômes de la maladie apparaissent de manière précoce, l’identification est facilitée par la présence de la morsure encore visible. Par contre, pour un cas de manifestation tardif un dépistage est nécessaire pour diagnostiquer la maladie de Lyme. En règle générale, le dépistage se fait par le biais du test ELISA ainsi que le test de Western blot.  Cependant, un grand nombre de chercheurs estiment la sérologie obsolète en termes de méthode efficace. Par ailleurs, l’innovation scientifique vers une autre approche plus productive.

Ainsi, il n’est donc plus question de rechercher un marqueur de la maladie de Lyme. À l’heure actuelle, il est maintenant nécessaire d’en identifier six marqueurs afin de diagnostiquer la maladie de Lyme. Cela se traduit par le fait qu’un test unique ne s’avère pas suffisant pour un grand nombre de patients. Cette nouvelle méthode s’appuie sur l’usage de différentes formes de techniques et d’examens.

Nouvelle méthode afin de diagnostiquer la maladie de Lyme

Au-delà du caractère immédiat du diagnostic, de nouveaux tests sont assez prometteurs pour pouvoir diagnostiquer la maladie de Lyme de façon efficace. Le principe consiste à déterminer la présence de l’ADN ou alors des protéines de la Borrelia burgdorferi dans le sang du patient. Ainsi, un résultat positif à cet examen révèle l’existence de l’activité de l’infection au sein de l’organisme de la personne. Cela constitue donc une manière d’initier un traitement le plus tôt possible. De ce fait, le malade se trouve protéger contre l’apparition de graves symptômes particulièrement contraignants. La préconisation de ce test direct est importante. En effet, il est tout à fait possible de contracter la maladie de Lyme plus d’une fois.

D’autant plus que le test standard qui existe actuellement n’est pas en mesure de faire la distinction entre une infection en cours d’une tout autre nouvelle infection. Par conséquent, l’utilisation des nouveaux permet de détecter de manière précise et beaucoup plus spécifique l’ADN de l’agent qui engendre la contraction de la maladie de Lyme. Jusqu’à présent, ce type de test n’a été effectué que sur des sujets d’origine animale. Toutefois, chaque essai s’est toujours révélé fructueux. Par ailleurs, les chercheurs nourrissent l’espoir de pouvoir enfin obtenir l’autorisation d’usage sur les humains. La demande a été déposée auprès des agences sanitaires.

Sources:
http://www.doctissimo.fr/sante/zoonoses/maladie-de-lyme/diagnostic-maladie-lyme
https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/maladie-maladie-lyme-diagnostic-fiable-rapide-grace-nouvelle-technique-77393/

Laisser un commentaire