Accident vasculaire cérébral : une des causes de mortalité chez les patients

0
185
accident vasculaire cérébral

Un dysfonctionnement au niveau de l’irrigation du cerveau, caractérise l’accident vasculaire cérébral. Celle constitue une urgence d’ordre vitale. En effet, la rapidité de la prise en charge du malade est un point déterminant par rapport aux séquelles qu’il va laisser au patient, voir même engager son pronostic vital. L’accident vasculaire cérébral connait diverses sources accentuées par plusieurs facteurs à risques. Heureusement, il existe des traitements permettant de sauver les victimes et améliorer leur qualité vie. De plus, cela favorise la prévention de risques de récidive qui est assez fréquente dans ce type de situation.

Qu’est-ce qu’on entend par accident vasculaire cérébral ?

Aussi connu sous le nom d’apoplexie, l’accident vasculaire cérébral se définit par la privation d’oxygène au niveau du cerveau. Cela s’explique par le fait que les vaisseaux responsables du transport sanguin cérébral connaissent une rupture ou une obstruction. Il est tristement célèbre comme étant la première cause de handicap chez les adultes. De plus, l’accident vasculaire cérébral constitue la troisième cause de mortalité connue à ce jour.

Plusieurs études ont récemment prouvé que cela atteint beaucoup plus la gent féminine par rapport aux hommes. Cette situation se retrouve autant dans les pays en développement que dans les pays à revenus élevés. L’accident vasculaire cérébral se présente sous diverses formes selon le type.

  1. Infarctus cérébraux

Les accidents ischémiques ou infarctus cérébraux sont causés par un blocage au niveau de l’artère cérébrale. Cela est provoqué par différents facteurs tels que :

  • l’obstruction de l’artère du fait de la formation d’une plaque riche en lipides appelée thrombose ;
  • L’embolie cérébrale causée par la formation d’un caillot de sang dans l’organisme qui engendre l’obstruction de l’artère.
  1. Hémorragie cérébrale

L’hémorragie cérébrale est classée parmi celles qui sont les plus dangereuses, en termes d’accident vasculaire cérébral. Cela se traduit par le fait qu’elle est fortement susceptible de provoqué des séquelles ou voir même être fatale. Celle-ci est généralement causée par l’existence d’un anévrisme privant ainsi le cerveau d’oxygène. De ce fait, cela provoque une compression sur les tissus environnants. De plus, les tumeurs ainsi que les troubles de la coagulation risquent d’entrainer une hémorragie cérébrale.

  1. L’AIT

À partir du moment où cela ne provoque pas de séquelle, il s’agit d’AIT ou Mini-AVC. Aussi nommé accident ischémique transitoire, il présente des symptômes similaires à l’accident vasculaire cérébral, mais ne dure qu’un laps de temps très court avant le retour à la normale. Cela va de quelques seconds à quelques minutes.

accident vasculaire cérébral

Les facteurs à risque de l’accident vasculaire cérébral

L’âge constitue la principale cause d’un accident vasculaire cérébral. En effet, un grand nombre d’études ont prouvé que les risques sont imminents à partir de 55ans. De plus, 25 % des AVC surviennent vers la soixantaine. Ensuite, il a été observé qu’à partir de 75 ans les chiffres augmentent de 50 %. Par ailleurs, une personne souffrant de trouble cardiaque tel qu’une anomalie de la valve cardiaque ou une arythmie ayant déjà été victime d’un infarctus du myocarde ou un AIT est plus vulnérable. Ensuite, un individu qui souffre de troubles de la circulation sanguine se retrouve aussi dans le même cas.

Il existe aussi d’autres facteurs à risque d’accident vasculaire cérébral, tels que :

  • L’hypertension artérielle ;
  • Le diabète ;
  • La sédentarité ;
  • Une mauvaise alimentation ;
  • L’hypercholestérolémie ;
  • Les mauvaises habitudes comme le tabac et l’alcool.

Une mesure de prévention peut être prise par rapport à l’accident vasculaire cérébral. Entre autres, il s’agit d’un contrôle strict du diabète de type 2 ainsi que de l’hypertension artérielle.

Accident vasculaire cérébral et maladie cardio-vasculaire : deux notions étroitement liées

Responsables de 30 % du taux de mortalité, l’accident vasculaire cérébral et les maladies cardio-vasculaires résultent de facteurs à risques plus ou moins similaires. En effet, ces deux troubles sanitaires ne s’additionnent pas, mais par contre ils se potentialisent. Dans le cas d’une angine de poitrine par exemple, il faut noter que le cœur a un besoin exprès d’oxygène. Par ailleurs, un manque ou une privation de celui-ci provoque l’attaque. Cela s’explique par le rétrécissement ou l’obstruction des artères qui transportent le sang vers le cœur.

Généralement, cette situation est causée par une hypertension. En d’autres termes, la tension artérielle atteint un seuil anormalement élevé. Par conséquent, le cœur se trouve être dans l’obligation de pomper deux fois plus le sang. De ce fait, cela augmente le risque de faire une attaque cardiaque ainsi qu’un accident vasculaire cérébral. En effet, une tension artérielle est considérée comme élevée dès lors que la pression systolique se trouve en dessous de 120 mmHg. D’autre part, la pression diastolique est à 80 mmHg. Cependant, ces chiffres constituent une moyenne. Ils connaissent une variation en fonction de chaque individu. Ainsi, il incombe à votre médecin traitant de vous indiquer votre taux de tension artérielle normal.

De plus, le taux de cholestérol présent dans le sang joue un rôle déterminant pour la santé vasculaire. Cela se traduit par le fait qu’un dépôt de gras conséquent présent dans les vaisseaux sanguins risque de les obstruer. Ce qui provoque forcément le blocage du transport d’oxygène dans le cœur et le cerveau.  Il est donc fortement recommandé d’effectuer une étroite surveillance du taux de cholestérol avec l’aide d’un professionnel de santé pour éviter tout risque.

Sources:
https://www.topsante.com/medecine/troubles-cardiovasculaires/avc
http://sante.lefigaro.fr/sante/maladie/accident-vasculaire-cerebral/quest-ce-que-cest

Laisser un commentaire