5 informations à connaître sur la maladie de Lyme

0
182
maladie de Lyme

Généralement très handicapante, il est impératif de bien connaitre la maladie de Lyme, notamment sa manière de transmission. Cette maladie est causée par l’infection d’une bactérie, la borréliose de Lyme. D’ailleurs, 67 000 personnes auraient été victime en France en 2018. Mais alors, comment on la contracte ? Comment elle se manifeste ? Comment la soigner ? Pour en savoir plus, cet article transmettra 5 choses informations à connaitre sur la maladie de Lyme.

Elle se transmet par une piqûre de tique

La maladie de Lyme est transmise par une piqûre de tique. Il existe plusieurs espèces de cette petite bête. Cependant, la plus courante est « Ixodes ricinus ». Il s’agit d’un acarien qui pique l’homme et les autres mammifères, afin de se nourrir de leur sang. En suçant le sang de ses victimes, une tique peut transmettre les microbes qu’elle apporte. Il y a notamment les bactéroes Borrelia, qui sont justement à l’origine de la maladie. Par ailleurs, il y a aussi les autres espèces comme Borellia Burgdorferi, Borellia afzeii et Borellia garinii. La bactérie se développe et engendre la maladie de Lyne, une fois dans le corps.

Elle être traitée avec des antibiotiques

Une piqûre de tique infectée est généralement reconnaissable par un cercle rouge qui apparaît autour de la piqûre en question. Cela apparaît durant les mois qui suivent. Ce phénomène est appelé « érythème migrant » par les médecins. Si jamais on constate l’apparition de ce symptôme, il faut immédiatement se rendre chez son médecin traitant. Ce dernier prescrira ensuite une cure d’antibiotiques durant 2 à 3 semaines. Si jamais ce signe n’est pas traité, la bactérie se propagera et d’autres symptômes commenceront à apparaître :

  • Douleurs musculaires;
  • Douleurs articulaires ;
  • Troubles neurologiques.

Si elle n’est pas traitée, la maladie de Lyme peut provoquer des paralyses et de la démence.

Elle ne s’attrape pas uniquement en forêt

Le fait que la maladie de Lyme ne s’attrape uniquement qu’en forêt est une idée très répandue. Cependant, il est vrai que les gardes forestiers et les chasseurs sont plus exposés à la maladie que le reste de la population. Toutefois, les tiques sont partout et le risque de piqûre ne se limite pas à la forêt. En effet, selon une étude, 30% des personnes victimes ont été piquées dans leur jardin. Les acariens sont également présents dans les milieux agricoles et les prairies.

Heureusement, avoir été piqué ne signifie pas forcément qu’on va contracter la maladie de Lyme. Effectivement, les tiques ne portent pas tous la bactérie Borrelia. Rien qu’en France, le taux d’infection des tiques varie entre 4 et 20% en fonction des régions. D’autre part, la tique ne transmet pas nécessairement la bactérie. En effet, les probabilités que la bactérie se transmette sont faibles. Surtout si elle est rapidement retirée en moins de 24h après la piqûre. D’après la Haute Autorité de la Santé, le risque de transmission à l’homme en cas de piqûre en zone d’endémie est moindre. C’est-à-dire entre 1 à 5%.

maladie de Lyme

Elle divise la communauté médicale

En 2018, la Haute Autorité de la Santé a émise des recommandations de bonne pratique. Ces derniers ont ensuite été récusés par une grande majorité des scientifiques en lien avec la maladie de Lyme. En 2019, à la demande du Directeur général de la Santé, plusieurs sociétés ont ainsi proposés leurs propres recommandations. Plusieurs patients fragilisés se trouvent au milieu de ce désaccord, qui pour certains, sont en errance diagnostique. Ce désaccord est notamment causé par un flou scientifique concernant l’existence ou nom de la forme chronique de la maladie. Cette dernière est appelée syndrome persistant polymorphe.

Confusions

Par ailleurs, certains patients se plaignent également de signes moins spécifiques :

  • Fatigue ;
  • Polyalgie ;
  • Troubles de la concentration ;
  • Maux de tête ;
  • Troubles du sommeil.

Ces symptômes dureraient durant des mois, voire même des années. Selon certains spécialistes, ces signes nécessitent une prise en charge médicamenteuse longue. La plupart des sociétés savantes sont opposés à ces pratiques. Selon eux, ces symptômes pourraient être à l’origine d’autres maladies. La prise d’antibiotiques retarderait donc le diagnostic. Ainsi, le fait de consommer des antibiotiques sur de longues périodes pourrait avoir des conséquences néfastes sur la santé. Cependant, les médecins sont tous d’accord sur un point : les malades réagissent bien aux antibiotiques et ne manifestent pas de symptômes sur le long terme. Cela est constaté dans la majorité des cas traités, après la cure préconisée.

Il est facile de le prévenir et de s’en protéger

Durant les activités en plein air, il est conseillé de toujours porter des vêtements à manches longues. Il est aussi recommandé de rentrer les pantalons dans les chaussettes et de protéger la tête avec un foulard ou un chapeau. D’autre, on peut facilement repérer les tiques qui s’accrochent aux vêtements en choisissant des couleurs claires. Il est primordial de bien inspecter son corps après du jardinage ou une ballade. En particulier au niveau des endroits chauds et humides  comme l’aine ou les aisselles. Cette inspection doit ensuite être renouvelée quelques heures après. Cela vous permettra de repérer les larves qui sont ne sont clairement apparentes qu’après s’être nourri de sang. Si jamais vous repérez une tique, utilisez un tire-tique ou une pince à épiler. Cela vous permettra de le retirer plus rapidement. Moins cette petite bête reste longtemps, moins le risque d’attraper la maladie de Lyme est important.

Sources:
https://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/sa_1238_lyme.htm
https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=maladie_de_lyme_pm

Laisser un commentaire